Paul K. Feyerabend

Paul-berkeley

Paul Karl Feyerabend (13 janvier 1924 – 11 février 1994) était, et reste, l’un des philosophes des sciences les plus stimulants du 20e siècle. Né et élevé à Vienne, il a travaillé comme professeur de philosophie. Il a occupé de nombreux postes, souvent simultanés, dans des établissements universitaires sur trois continents, notamment à l’université de Bristol (1955-58), à l’université de Stanford (1967), à la London School of Economics (1967), à l’université libre de Berlin (1968), à l’université de Yale (1969), au University College of London (1967-1970), à l’université d’Auckland (1972, 1974), à l’université de Sussex (1974-1975) et à l’université de Kassel (1977). Pendant plus de trois décennies, il a enseigné à l’université de Californie à Berkeley (1958-1990) et pendant plus d’une décennie à l’École polytechnique fédérale (ETH) de Zurich (1980-1991).

Au cours de ses années de formation, Paul Feyerabend a entretenu des contacts personnels avec les principaux représentants de la philosophie des sciences contemporaine, tels que les anciens membres du Cercle de Vienne et Karl Popper, mais aussi des scientifiques éminents comme Erwin Schrödinger et David Bohm. Il a été, le long de cette période, un auteur prolifique sur les questions théoriques et épistémologiques de la physique quantique et des mathématiques. Au fil des ans, il s’est montré de plus en plus critique à l’égard de la philosophie des sciences, acquérant une notoriété controversée auprès de certains de ses collègues, mais devenant également connu du grand public pour son « anarchisme méthodologique ». Sur la base de ses études de l’histoire des sciences, Feyerabend a rejeté toutes les tentatives rationalistes visant à identifier et à codifier une méthode scientifique unique. Il a également discuté et remis en question l’idée que la recherche scientifique vise de manière univoque à trouver la « vérité ». Son œuvre majeure – Against Method (1975) – et ses recueils d’essais, dont Science in a Free Society (1978), Farewell to Reason (1987), Conquest of Abundance (1999) et Philosophical Papers (quatre volumes : 1981, 1999, 2016) ont été largement diffusés et traduits dans des dizaines de langues. Ils ont fait de lui une figure influente tant en philosophie des sciences qu’en sociologie de la connaissance scientifique.

Paul Feyerabend a offert une critique historiquement fondée de l’empirisme naïf (par exemple, l’idée que les théories scientifiques sont basées sur des ‘faits indépendamment significatifs’) et de sa pétrification dogmatique dans les théories méthodologiques. Il a introduit le concept de théories « incommensurables » (c’est-à-dire des théories qui ne reposent pas sur les mêmes principes universels) et, ce qui a une valeur sociale plus directe, il a démoli le dogme d’un système de règles nécessaire à toute pratique scientifique valable.  Comme le démontre l’histoire, les sciences prospèrent lorsque les théories, les hypothèses et les approches méthodologiques prolifèrent, et non lorsqu’elles sont confinées dans des cages théoriques. Feyerabend a clairement indiqué que toutes les méthodologies ont leurs limites, que les scientifiques ne sont pas des « suiveurs de règles » mais des opportunistes, et que le seul principe méthodologique qui n’entrave pas le progrès est le « tout est permis ».  Il s’ensuit que les points de vue des sciences de l’époque ne doivent pas tyranniser les gens au nom d’une supposée ‘rationalité supérieure’, mais s’adapter et répondre aux valeurs et aux inclinations des traditions culturelles pertinentes.  Si l’appel de Feyerabend à démocratiser les sciences est clair, il en est également venu à évaluer de manière critique l’idée que les traditions culturelles puissent être identifiées sans ambiguïté.  Ainsi, loin d’une position relativiste forte, il a soutenu que « potentiellement, chaque culture est toutes les cultures », ce que certains commentateurs considèrent comme une base solide pour son ‘humanitarisme’.

La défense par Feyerabend du caractère pluraliste des sciences, qui découle à la fois des diverses valeurs et préoccupations des êtres humains et de la complexité du monde naturel, est développée dans Conquête de l’abondance et considérée par beaucoup comme le « noyau dur » de son œuvre. Les lecteurs perspicaces trouvent sa défense du pluralisme (des théories, des méthodes, des traditions culturelles et des visions globales du monde) libératrice contre toute forme de totalitarisme et d’hégémonies intellectuelles ou idéologiques.  En fait, il appréciait profondément la variété des expériences par lesquelles les êtres humains donnent du sens au monde (« le réel est ce qui joue un rôle important dans le genre de vie que l’on veut mener »).  La réalité fondamentale de l' »Être » peut bien être ineffable et inconnaissable, mais la richesse, l’abondance et la diversité des expériences, ainsi que la tolérance et l’ouverture qui les rendent possibles, sont nécessaires à l’épanouissement humain.  En fait, les conditions de l’épanouissement humain – et non la recherche intellectuelle – ont été la principale préoccupation de Feyerabend.

Paul Feyerabend était un lecteur insatiable et un correspondant prolifique – nombre de ses critiques et échanges avec des personnalités clés du siècle dernier sont disponibles en version imprimée et les volumes de sa correspondance sont en cours de publication. Volume 1 Feyerabend Formative Years : Feyerabend and Popper est paru en 2020. Son œuvre Philosophie de la nature a été publiée et traduite à titre posthume (2009, 2014, 2016).  Un aperçu de la vie non conventionnelle de Paul Feyerabend est offert par son autobiographie Tuer le Temps (1994).  Des extraits de certains messages enregistrés adressés à sa femme (Stories from Paolino’s Tapes, 2001) transmettent encore « …son amour de l’opéra, du théâtre, du cinéma et le respect, la compassion, l’admiration et la fascination qu’il ressentait pour de nombreuses personnes ».

Quelques liens qui répertorient et décrivent son œuvre :

Quelques comptes rendus, critiques et analyses:

 

3 Réponses

  1. MARIANO ARRIBAS DELGADO
    MARIANO ARRIBAS DELGADO 3 avril 2021 à 12 h 12 min · Répondre

    Aunque aun no he leído su obra digamos docta, su libro « matando el tiempo » es un nexo hacia un ser humano fascinante, vive en su obra y ! como vive !, soy un lector de ingente cantidad de obra científica mayormente sobre Física y Astronomía y a través de una Lee Smolin he llegado al S. Feyerabend ! que gran descubrimiento ! no se que me impacta mas si su gran humanidad o su agudísima inteligencia

  2. Diego Silvano
    Diego Silvano 23 septembre 2020 à 22 h 56 min · Répondre

    Uno de los personajes que los profesores de filosofía de la ciencia prefieren evadir.

  3. Juan Ocampo
    Juan Ocampo 17 mai 2016 à 7 h 38 min · Répondre

    Gran hombre que postuló su tesis CONTRA EL MÉTODO.

Poster une réponse à MARIANO ARRIBAS DELGADO Cliquez ici pour annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.