Peuple Ogiek : un dialogue pour assurer moyens de subsistance et droits – Kénya

Peuple Ogiek : un dialogue pour assurer moyens de subsistance et droits – Kénya

Depuis des générations, le savoir et les pratiques des Ogiek du Mont Elgon, au Kenya, sont au service de leurs moyens de subsistance et des écosystèmes dont ils dépendent.

Depuis des générations, le savoir et les pratiques des Ogiek du Mont Elgon, au Kenya, sont au service de leurs moyens de subsistance et des écosystèmes dont ils dépendent. Ils faisaient paître leurs bovins, les moutons et les chèvres sur la lande Chepkitale du Mont Elgon et dans les forêts où ils récoltent le miel. Leurs clans, le conseil des sages, les règles locales et le savoir autochtone ont assuré le bon maintien de l’environnement dont ils dépendent. En 2000, toutefois, le Conseil du comté du mont Elgon demanda au gouvernement d’annoncer officiellement la transformation de Chepkitale en réserve nationale de faune, ce qui rendait illégal le maintien des Ogiek sur leurs terres ancestrales. Ce n’était pas le premier ordre d’expulsion qu’ils recevaient. Lors des expulsions antérieures la population d’éléphants avait été décimée par les braconniers qui profitèrent de l’absence des Ogiek. Elles ont également conduit à de graves violences dans les zones où les Ogiek avaient été réinstallés, du fait des conflits avec les peuples plus nombreux et plus puissants qui vivaient déjà là. En 2011, les Ogiek demandèrent de l’aide pour résister à de nouvelles expulsions de leurs terres ancestrales, et l’ONG Forest Peoples Programme appuya une “évaluation pilote Whakatane” – essentiellement un dialogue avec le gouvernement et d’autres organisations afin d’obtenir une meilleure reconnaissance de leurs capacités et de leurs droits.

Picture3

Picture2

Le soutien de la Fondation PKF permettra aux communautés Ogiek du Mont Elgon de recueillir des preuves, d’organiser des débats communautaires et de participer à une cartographie participative destinée à fournir les éléments de preuve dont ils ont besoin en vue de leur procès en cours devant la Haute Cour du Kenya contre l’expulsion. Ce soutien servira aussi : au développement de moyens de pression et d’outils pour faire connaître leur situation ; enfin à s’assurer que les organisations de conservation travaillent bien avec eux pour soutenir leurs pratiques de subsistance durable et pour renforcer leurs structures de gestion. L’objectif est de leur permettre de faire valoir leurs droits à la terre et de défendre leur mode de vie durable.

Picture1